Calenda Histoire

  1. Émulations est une revue de sciences sociales à comité de lecture international qui publie des articles soumis à un peer review. Elle édite quatre numéros thématiques par an, publiés en version papier par les Presses universitaires de Louvain (Belgique) et mis en ligne en libre accès sur son site internet. Chaque numéro papier est coordonné par un à trois chercheur·e·s et rassemble environ huit contributions (avec un total d’environ 300.000 caractères espaces comprises) qui participent de manière cohérente à la compréhension d’un phénomène social particulier. Les propositions de doctorant∙e∙s en fin de thèse et de post-doctorant∙e∙s sont bienvenues.
  2. This event is conceived as a place of discussion and exchange for scholars, researchers, and postgraduate students who consecrate their work to the field of social, cultural, and intellectual history of women.
  3. Cette journée d’étude vise à analyser les politiques dédiées à des territoires et populations caractérisés par le manque et par la distance aux institutions dominantes. On s’y intéressera tant à la production de ces politiques qu’à leurs usages par les destinataires. De leur genèse à leur matérialisation, il s’agit donc de questionner la manière dont sont produites des marges dans le cadre de politiques publiques spécifiques et de leur appropriation par les personnes et groupes ainsi visés.
  4. La journée d'étude qui fait l'objet de cet appel à contribution visera à comprendre ce qui fait la spécificité pour un entrepreneur d'être en affaire avec l'État. De récentes manifestations scientifiques ont, jusqu'ici, abordé la question des marchés publics du point de vue de l'État ; il semble aujourd'hui nécessaire de prendre celui des entrepreneurs pour mieux saisir comment s'opère l'ajustement entre les parties prenantes de ces marchés. Au-delà des modalités contractuelles, il s'agira de s'interroger sur la construction de relations particulières entre entrepreneurs et agents de l'État ainsi que sur la profitabilité de tels marchés pour ceux qui les remportent.
  5. Le colloque Henri Lefebvre : Une pensée devenue monde, organisé à l’Université Paris Ouest-Nanterre en 2011 en est une autre manifestation. Toutefois cet intérêt est assez relatif, puisque le peu de chercheur-e-s qui s’y intéressent sont souvent des philosophes. A l’exception de quelques figures, comme Jean-Pierre Garnier, qui mobilise explicitement cet auteur dans la majorité de ses travaux en sociologie urbaine, les sciences sociales semblent globalement continuer de l’ignorer. Même dans la géographie critique, Lefebvre n’est pas toujours cité comme une référence au contraire de David Harvey et Edward Soja, qui pourtant revendiquent une filiation directe aux chantiers conceptuels ouverts par Lefebvre. Cela peut s’expliquer par des divergences méthodologiques, épistémologiques, mais également politiques quant à l’appropriation du corpus.